FRBENL

Plateforme sur la gestion hôteliere
Le Domaine des Hautes Fagnes,toujours à la recherche denouveaux publics

Le Domaine des Hautes Fagnes,toujours à la recherche denouveaux publics

D’un hôtel à l’abandon une jeune femme a fait un 4 étoiles en gravissant tous les échelons

Elle n’est pas banale, l’histoire de cet hôtel. Issue d’une famille d’entrepreneurs, Pauline Petta voyage depuis son plus jeune âge. Très intéressée par l’univers de l’hôtellerie, elle séjourne en Floride lorsque son père lui apprend qu’il vient d’acquérir un hôtel délabré. Elle revient aussitôt au pays et décide de saisir sa chance.

Dans la famille Petta, c’est Pauline qui a mille idées à l’heure. Elle comprend qu’elle pourra mettre toute sa créativité au service de ce projet hôtelier. Si son père en est le propriétaire, il n’en est pourtant pas le directeur. Pauline se retrousse les manches, bien décidée à prouver de quoi elle est capable. Dans un premier temps, elle lave la vaisselle, coupe les légumes, nettoie les chambres, change les draps,… 

Pauline Petta, manager du Domaine des Hautes Fagnes.

De grands rêves

Entretemps, des travaux sont entrepris pour rendre l’établissement plus accueillant. Pauline Petta a le nez dessus et ne cesse d’apprendre. Elle sait déjà que quand elle sera prête, elle prendra les rênes de l’hôtel et ce ne sera pas pour le maintenir au niveau du simple relais pour randonneurs. Ses rêves sont infiniment plus grands. Son père, dans son rôle de financier, investit « en bon père de famille ». Au vu des bons résultats, les banques suivent. « On a tout créé. On a travaillé à la sueur de nos fronts pour pouvoir réaliser les travaux » explique la dynamique directrice. 

S’adapter ou partir

A l’âge de 25 ans, ayant tout appris sur le tas, Pauline devient directrice de l’hôtel et doit s’imposer dans un milieu où être une femme à la fois ambitieuse et féminine constitue un réel défi. Elle expose ses projets et se retrouve aussitôt en conflit avec 70% de l’équipe. « Ce n’était pas un harcèlement du haut de la hiérarchie vers le bas, mais le contraire, et c’était difficile à vivre » se souvient Pauline. « Les gens n’aiment pas le changement. Les plus sceptiques parmi ceux qui sont restés sont venus plus tard pour s’excuser et me dire tout le plaisir qu’ils ont à présent à travailler dans un bel hôtel de standing ».

Protocoles et digitalisation

C’est quoi, justement, le standing de cet hôtel ? Qu’est-ce qui le rend différent des autres ? « Nous avons mis l’accent sur le spa et le wellness. On a commencé par la création d’un spa de 300 m², à la demande des clients. Avec un taux d’occupation de 80%, on a réinvesti les bénéfices pour agrandir les installations à 1500 m². On a créé des protocoles de soin au spa, digitalisé le moindre détail. Nous avons ensuite   renforcé les infrastructures de bien-être et créé en juin 2023 un parc animalier où nos cinq alpagas font fureur. Les clients adorent se promener avec les animaux. Je suis toujours ouverte aux suggestions et à la recherche de nouveautés. Il est crucial de comprendre les besoins et les motivations des clients potentiels et d’ajuster les objectifs, car lorsqu’on investit, il s’agit de ne pas se tromper. »  

Une équipe compétente et dévouée entoure Pauline Petta, manager du Domaine des Hautes Fagnes.

Mon père n’est pas mon patron

Pour faire prospérer son entreprise et la faire connaître, Pauline a créé avec son frère Guillaume une agence de webmarketing. Avec son père et son frère, elle forme un trio d’associés dont les compétences se complètent et où chacun tient son rôle. « Mon père n’est pas mon patron » précise Pauline. « Dans l’hôtel, c’est moi qui décide. En septembre et en décembre de cette année, je prévois des agrandissements qui concernent les logements « insolites » et la restauration, mais je n’en dirai pas plus…»

Combiner travail et détente

« Le travail, c’est mon plaisir et ma priorité. J’aime voyager, glaner des idées, écouter ma créativité. Je n’ai aucun problème à combiner travail et détente. Quand je suis à l’étranger, mes collaborateurs savent qu’ils doivent respecter ma vie privée, comme je respecte la leur. Je reste disponible pour les choses fondamentales. Pour moi, c’est magnifique de travailler et de réfléchir au bord d’une piscine ! »

S’adapter aux collaborateurs

« Où que je sois, je lis quotidiennement les rapports des managers des six secteurs de mon hôtel : la cuisine et la salle ; la réception, l’administration et la réservation ; la maintenance ; le wellness ; les ressources humaines et l’entretien-nettoyage. Je fais des projets, je pense aux collaborateurs qui viendront renforcer l’équipe. J’aime engager de belles personnes et les former. J’ai instauré la semaine de quatre jours. Mais les travailleurs sont libres de prester cinq ou six jours s’ils le souhaitent. L’hôtellerie est un secteur difficile, il faut travailler dur parmi des personnes qui se détendent et se reposent. Je suis très attentive à toute forme de harcèlement dans les équipes, étant donné que j’en ai été la victime moi-même. Dans mon entreprise tout est basé sur le respect. Il faut que chacun vienne travailler avec envie. Si l’envie n’est plus là, l’énergie disparaît. »  

« * » indique les champs nécessaires

Envoie-nous un message

Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.